«

»

Versailles, Cathédrale (Choeur)

DH000012 bdCathédrale Saint-Louis

4 place Saint-Louis 78000 Versailles.

Partie instrumentale classée en 1977.

Au sol, dans les stalles.

Abbey 1837. Cavaillé-Coll 1864.

Relevage en 2000 par G. Ménoret.

2 claviers de 56 notes et pédalier de 30 notes. Traction mécanique.

G.O. : B.16, M, B, Fl. Harm., P, D, P.J. III

Récit expressif : Fl. douce 8, S, Voix céleste, Fl. octaviante 4, Basson 16, Tr, B-Hb

Pédale : Sb (emprunt).

Tirasses. Accouplement. Trémolo. Appel P.J. G.O.. Appel.Renvoi anches.

Site de la paroisse – Site de Christian Ott, co-titulaire

Lexique

L’orgue de chœur de la cathédrale fut construit en 1837 par le facteur John ABBEY, d’origine anglaise et établi à Versailles (rue de la Chancellerie, près de la cathédrale et du château).

Il est alors composé de 9 jeux : 6 au Grand-Orgue (Flûte, Bourdon, Prestant, Doublette, Plein Jeu, Trompette) et 3 au Récit (Flûte Ouverte, Prestant, Hautbois)

Le 18 Avril 1880 est passé entre le Conseil de Fabrique de la cathédrale et Aristide CAVAILLÉ-COLL un marché pour la construction, le transport et la pose « dans le chœur de l’église-cathédrale St-Louis de Versailles d’un grand-orgue d’accompagnement conforme aux règles de l’art et au devis signé par ledit facteur en date du 14 Mars 1879 » qui « s’oblige également à construire et poser un buffet d’orgue … établi en bois de chêne et décoré de tuyaux de montre en étain poli et bruni »… « Monsieur A. CAVAILLÉ-COLL s’oblige à reprendre en compte l’orgue de chœur actuel » … « Il s’engage en outre à faire la livraison de l’orgue en sa place pour la Fête de l’Assomption, soit le 15 Août prochain. » (Archives départementales des Yvelines 67J94). Ce document atteste donc du remplacement total de l’orgue de John ABBEY. Les précisions manquent pour en donner la composition exacte.

En 1911 (MUTIN), puis entre 1940 et 1947 (BOSSIER) plusieurs interventions le modifient encore. A mon arrivée en Juin 1972, l’instrument présente la composition suivante :

I – Grand’Orgue (56 notes ut-sol) : Bourdon 16′, Montre 8′, Bourdon 8′, Flûte Harmonique 8′, Prestant 4′, Doublette 2′, Nasard 2’2/3, Tierce 1’3/5

II – Récit expressif (56 notes ut-sol) : Flûte Douce 8′, Salicional 8′, Voix céleste, flûte octaviante 4, Basson-Hautbois 8′, Trompette 8′, Basson 16′ (ces 3 jeux sur boutons tournants qui permettent une sélection grâce à 2 pédales d’introduction et de retrait : origine Cavaillé-Coll ?), Plein Jeu 3 rangs (posté sur sommier séparé, son fonctionnement est capricieux pour ne pas dire inexistant)

Pédale (30 notes ut-fa : pédalier étroit malgré ses 30 notes hors normes Malines : son jeu est délicat puisque les intervalles ne sont pas les mêmes que ceux du Grand’Orgue Historique !) : Soubasse 16′ (emprunt du Bourdon 16′ du GO)

Pédales de combinaisons : appel 16′ Pédale, Tir GO, Tir Réc, expression Récit, Octaves graves Réc/GO, Réc/GO en 8, trémolo général, appel Mutations GO, introduction et retrait anches Réc

Un nouveau pédalier de 30 notes aux normes internationales (et du GOH !) est installé en 1978 par le facteur Adrien MACIET qui effectue un réajustement total de la mécanique de départ et change le banc (de CAVAILLÉ-COLL ?) devenu trop étroit.

En 2001 l’Etat-propriétaire en confie la restauration au facteur Gildas MÉNORET de Nantes. Retour à l’orgue Abbey-Cavaillé-Coll (suppression des mutations du GO, restitution du Plein-Jeu romantique au GO)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>