Ultime audition des grandes orgues de Saint-Louis

Avant son démontage en vue d’une restauration qui durer deux années, les organistes de la cathédrale feront résonner le grand-orgue une dernière fois le dimanche 15 avril à 16h.

Aux claviers se succéderont Jean-Pierre MILLIOUD organiste titulaire de la cathédrale et Christian OTT organiste co-titulaire, Jean-Philippe MESNIER, Michel ERMOLIEFF, Anne-Isabelle De PARCEVAUX, organistes titulaires-adjoints ainsi que l’abbé Amaury SARTORIUS.

Au programme : Couperin, Schumann, Lefébure-Wely, Widor, Bonnet, Nibelle, Bovet, Alain.

2018/2020 : le grand orgue historique sera muet pendant deux ans !

L’Etat, propriétaire de la cathédrale, va restaurer entièrement le grand orgue historique (construit
par CLICQUOT, il fut béni la veille de la Toussaint 1761, puis restauré en 1863 par CAVAILLÉ-COLL, et
en 1987/89 par HAERPFER. Il avait animé la messe d’ouverture des Etats Généraux le 4 mai 1789,
puis la seconde proclamation du Serment du Jeu de Paume le 22 juillet suivant. Il fut sauvé en juillet
1793 de la rage révolutionnaire par un Commissaire du Peuple, le sieur BÈCHE, qui affirma qu’il « ferait
très bien pour les cérémonies de la République ». Les travaux débuteront pour deux années à partir
du 16 avril 2018.
D’une hauteur de 12,14m (le grand tuyau sous l’horloge mesure près de 6m !), d’une largeur de 10,91m et d’une profondeur de 5m, à 15m au-dessus du dallage et sur cette belle tribune en pierre nous totalisons un poids de 53 tonnes … + l’organiste …
Les travaux de démontage complet de la tuyauterie, de la soufflerie et des mécanismes de transmission dureront donc deux ans. Seule restera la boiserie.
Les célèbres Manufeactures LACORRE de Nantes et MUHLEISEN de Strasbourg ont été choisies par l’Etat, après l’appel d’offre réglementaire, pour effectuer les travaux : les 3248 tuyaux seront entièrement révisés à Strasbourg, les parties mécanique de transmission et soufflerie à Nantes. Le remontage interviendra vraisemblablement début 2020.
Cette restauration, qui intervient trente-et- un an après celle de 1987/89, devenait urgente, la tuyauterie historique (la moitié date de 1761 et les 4/5èmes de l’autre de 1863) présentant des altérations graves de sa partie intérieure la menaçant de mutisme complet, la partie soufflerie souffrant, elle, d’insuffisance pulmonaire et la partie mécanique d’imprécision dans la transmission claviers-matériel sonore.

L’orgue de chœur assurera l’interim : bel instrument de 884 tuyaux, construit en 1837 par ABBEY, puis agrandi en 1880 par CAVAILLÉ-COLL et restauré en l’an 2000 par MÉNORET.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.